Connaissez vos droits!

Vous souhaitez avoir un AVAC? Commencez vos démarches le plus tôt possible, armez-vous de patience et… connaissez vos droits ! Et si cela ne fonctionne pas, de grâce, portez plainte!

Bien que la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada soutienne l’AVAC, il arrive trop souvent (je reçois régulièrement des courriels de femmes qui vivent cette situation) que tel ou tel médecin, souvent un obstétricien-gynécologue membre de cette association, mal informé ou qui trouve plus simple de faire une césarienne répétée à sa « patiente », refuse un AVAC à une femme qui le souhaite. Comme l’écrivait en 2003 l’éditrice de la revue scientifique Birth, tous les prétextes sont bons pour faire des césariennes :

« Aux États-Unis (note d’H.V. : ceci vaut aussi pour le Canada…), une femme court un risque élevé d’avoir une césarienne si elle est trop grosse ou trop petite; si son accouchement arrive trop tôt ou trop tard; si elle est trop vieille ou trop craintive; fatiguée d’être enceinte ou trop fatiguée pour être en travail; si elle attend des jumeaux, si son bébé se présente par le siège, si elle a déjà eu une césarienne; ou si la date prévue de son accouchement tombe une fin de semaine ou le jour de Noël, l’Action de Grâces, ou la veille du Jour de l’An. Elle court aussi plus de risques d’en avoir une si son médecin hésite, s’il a peur des poursuites, s’il est trop occupé, s’il doit s’absenter, ou s’il est convaincu que la césarienne est toujours plus sécuritaire… les raisons sont sans fin ».

Ces ‘raisons’ s’appliquent aussi de plus en plus à l’AVAC, dirait-on. « Que puis-je faire ? », me demande-t-on régulièrement, lorsqu’on se bute à un refus d’AVAC. Eh bien, enfourchez votre cheval de bataille, et partez ! Ce ne sera pas facile, les résultats ne sont pas garantis, et en cette ère de manque de médecins et de sages-femmes, c’est devenu plus difficile que jamais d’en rencontrer un ou une, surtout pour une 2e opinion. Mais si vous ne faites rien, c’est sûr à 100 % que rien n’avancera. Si vous ne trouvez pas de médecin ou de sage-femme qui accepte que vous tentiez un AVAC, appelez des organismes comme le Regroupement Naissance-Renaissance, Le Regroupement Les sages-femmes du Québec, contactez les associations de médecins : l’Association des obstétriciens et gynécologues du Québec (on y trouve les coordonnées de tous les médecins par région, etc.), l’Association des omnipraticiens en périnatalité, et même la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada ! Avec l’Internet, il devient plus facile de trouver et communiquer avec ces organismes. Appelez la salle d’accouchement des hôpitaux proches de chez vous et demandez-leur le nom de médecins favorables à l’AVAC. Contactez les maisons de naissances pour connaître les sages-femmes qui soutiennent l’AVAC. Appelez les collectifs d’accompagnantes, les organismes offrant des cours de toutes sortes pour les femmes enceintes, bref, remuez ciel et terre pour trouver un ou une intervenante qui vous soutiendra dans votre désir d’avoir un AVAC. Dans la première édition de mon livre, on trouve le témoignage d’une femme qui s’était rendue… à la maternité de Pithiviers en France pour avoir son premier AVAC, et… à Londres pour accoucher avec le Dr. Michel Odent, pour son second. Parce que personne ici ne voulait la laisser accoucher comme elle le souhaitait.

Évidemment, c’est plus simple de commencer à chercher avant d’être à nouveau enceinte, puisqu’on est plus vulnérable aux commentaires négatifs lorsqu’on porte un enfant. Mais si vous l’êtes, enceinte, il n’est pas trop tard. Faites-vous aider dans vos démarches par un proche, par une amie. Et n’ayez pas peur d’insister, c’est de VOTRE accouchement qu’il s’agit, de la naissance de VOTRE enfant. Ce n’est pas un caprice, de vouloir mettre vous-même votre bébé au monde !

Si vous vous butez à des refus, et en particulier, si cela vient (souvent sur le tard dans votre grossesse) de votre médecin, portez plainte. N’oubliez pas que la plupart des femmes peuvent avoir un AVAC. Ce n’est pas moi qui le dit, mais la recherche scientifique et ‘les autorités’ médicales. Appelez ou écrivez à la direction de l’hôpital, au chef du département d’obstétrique, au Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) de l’hôpital, au Directeur des services professionnels de l’hôpital (DSP, le ‘patron’ des médecins), au Comité des usagers de l’hôpital, au Collège des Médecins du Québec, à l’Ordre des sages-femmes du Québec, à l’ombudsman du Québec, s’il le faut ! RIEN ne va changer tant que les femmes endureront des situations inacceptables sans mot dire. Et c’est malheureusement ce qui se produit trop souvent. Je sais, ce n’est pas facile à faire, on peut avoir peur de représailles possibles, mais c’est inscrit dans la loi, au Québec (voir mes chroniques de mars 2011 et d’octobre 2010) que tout patient et toute patiente a le droit de refuser un traitement, une intervention. Personne donc ne peut obliger une femme enceinte à avoir une césarienne répétée.

Le saviez-vous ?

——

Hélène Vadeboncoeur

6 réflexions au sujet de « Connaissez vos droits! »

  1. marie-élaine beaudet

    j’en suis à ma troisième grossesse donc 2 césariennes,mon médecin traitant tient absolument à ce que je subisse une 3em césariennes ,car il dit que c’est trop risqué pour moi que d’avoir un avac…j’ai 36 ans c’est ma dernière grossesse et je craint de ne pas pouvoir connaître ce qu’est d’accoucher naturel…c’est un gros deuil a faire pour moi.je viens du lac-st-jean et je ne sais pas s’il y a toutes les ressources ici. ma césarienne est prévue pour fin juin est-il trop tard pour me battre et aurais-je le courage?je ne sais pas…j’aimerais être conseillée pouvoir en parler avec quelqu’un. MERCI !
    Marie-Élaine

    Répondre
  2. marie-élaine beaudet

    je viens tout juste de laisser un message est ce possible de me joindre à ce courriel à la place merci Marie-élaine .

    Répondre
  3. Nadege Decopin

    Bonjour je suis présentement en grossesse de mon 3 enfants et le médecin m’a dit il faut que je fais une troisième césarienne et je voulais absolument accouché par voie vaginal mon deuxième enfant a 7 ans je ne pense pas que c’est si risqué comme le médecin me fait croire donnez moi des conseils SVP

    Merci

    Répondre
  4. florence

    Bjr
    Connaissez vous des femmes ayant accoucher par voie basse apres 4 césariennes
    Ma dernière cesar date de 2006
    Je veux connaître un accouchement voie bass

    Répondre
  5. Aicha

    Bonjour
    Je habite à Montréal et j’ai eu 2 césarienne donc je suis enceinte de 20 semaine je veux accoucher par AVAC.
    Merci de me donner de conseil.

    Répondre

Répondre à marie-élaine beaudet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *