Témoignages

À l’occasion, nous publions dans notre info-courriel et sur notre site Web quelques témoignages. Nous remercions d’ailleurs les mamans qui ont gracieusement accepté que l’on publie leur témoignage. Ces derniers nous permettent, à toutes, de voir que chaque accouchement est unique et que chacune d’entre nous vit les événements de manière différente. Bonne lecture!

Ça vous inspire et vous avez envie d’écrire ou de partager le vôtre? Écrivez-nous!

——

Récit de Christine D.

Naissances… C’est en mars 2006 que j’apprenais que j’étais enceinte de mon premier enfant… Beaucoup de joie autour de cette nouvelle, mais aussi beaucoup d’inquiétudes pour une fille qui s’inquiète facilement comme moi… Mon bébé sera-t-il en santé? Vais-je avoir une grossesse sans problème? Un accouchement sans complications majeures? Difficile d’apprécier la grossesse au premier […]

Récit d’Annie V. A.

Je suis Annie, maman de 4 beaux enfants en santé. Laurence et Mariane, mes jumelles sont nées par césarienne d’urgence à 35 semaines de gestation, à St-Jérôme, le 30 septembre 2005. À cause d’un syndrôme HELLP, on a dû me faire une anesthésie générale.  L’annonce de ma grossesse gémellaire a été une belle surprise. En […]

Récit d’Anick M.

Mardi, 9 juin 2009 Je me suis levée ce matin là un peu découragée… j’avais bien hâte d’accoucher! J’étais à 39 semaines et 4 jours. Le dimanche d’avant, j’avais lavé les planchers de la cuisine à 4 pattes afin de faire avancer le travail. Je devais aller faire l’épicerie ce matin là, mais je n’en […]

Récit de Marie-Noëlle C.

Tout débute par la naissance par césarienne de mon premier enfant, Océane, née le 10 février 2006. La césarienne a été programmée puisqu’elle était en position de siège. On a croisé les doigts longtemps pour qu’elle se retourne, mais non, elle refusait. On a tenté la version, mais non, elle refusait toujours! Alors Océane est […]

Vidéo témoignage d’Alexandra Orchard

Nous remercions Alexandra Orchard de nous avoir accordé la permission de partager son vidéo-témoignage de ses deux césariennes suivies de son accouchement vaginal (AVA2C) à domicile. Oui, l’AVAC est possible! AVERTISSEMENT : Ce vidéo contient la vue directe de deux naissances par césarienne, ainsi qu’un accouchement vaginal dans l’eau. Ces images ont le potentiel de faire […]

2 réflexions au sujet de « Témoignages »

  1. Caroline Martineau

    Recit d’un AVAC

    Le 25 février j’ai eu mon 3ème stripping (39 SA et 6 jours). Le médecin et moi-même, on voulait pas que je me rende à 41SA… On voulait éviter le déclenchement, te donner un coup de pouce pour te décider.
    Mon rendez-vous était vers 10 heures, je venais de récupérer mes papiers pour le RQAP, enfin! Je suis retournée rejoindre ton grand frère chez sa mamie et on y a dîner… Rien en vue!
    À la fin de notre sieste, vers 16 heures, j’ai commencé à avoir de légères contractions aux 10 minutes. Quand papa est revenu du travail, je n’ai pas souper et je suis allée prendre un bain. Les contractions étaient inconfortables mais pas plus. Elles se rapprochaient tranquillement aux 7-8 minutes.
    J’ai averti ta grand-maman et notre accompagnante que peut-être on aurait besoin d’elles.
    Vers 11h00, PLOUF!
    Tu as rompu la poche d’eau!
    Tout de suite, je me suis coulé un bain pour me rincer et voir la fréquence des contractions: elles se chevauchaient déjà!
    Papa a averti la maternité, grand-maman et l’accompagnante qu’on partait pour l’hôpital.
    L’infirmière insistait auprès de papa pour que je sorte du bain! J’avais fait attention à vérifier la couleur du liquide, il était bien clair et on te savais bien descendu alors, nous, on stressait pas avec ça!
    Quand grand-maman est arrivée, je devais me concentrer quasiment continuellement pour bien respirer et gérer les contractions. On est partis tout de suite!
    En voiture, je faisais des sons pour m’aider à gérer la douleur. Les contractions étaient déjà très intenses et ne me laissaient à peine de temps entre deux pics!
    Arrivée à l’hôpital, un agent de sécurité m’a demandé si j’avais besoin d’aide. Je lui ai dit oui mais j’ai refusé de m’asseoir sur une chaise roulante… Assise, les contractions faisaient plus mal et marcher aiderait au travail. Il m’a gentillement suivi jusqu’à l’ascenseur, papa m’ayant facilement rattrapé. Diane, notre accompagnante, avait attrapé le même ascenseur! Quelle chance! 🙂
    J’arrêtais fréquemment de marcher pour m’appuyer au mur et respirer durant une contraction. Papa et Diane sont allés dire que j’étais arrivée…
    Tout de suite, l’infirmière M. m’a dit d’enlever mon linge, de mettre la jaquette, de m’allonger et qu’on allait faire 20 minutes de monitoring!
    C’était déjà trop d’information pour moi et je n’ai même pas bouger… Encore une contraction… Diane m’a guidée par étape… Enlever mon linge et mettre une jaquette c’est déjà énorme entre 2 contractions! M. s’impatiente…
    Mon regard est clair… Elle va attendre à la prochaine pause pour que je me couche sur son lit!
    Finalement on y arrive. Elle n’a pas encore mis le monitor que je suis clouée sur place de douleur! Les contractions, que je gérais tant bien que mal, sont insoutenables! Je me rappel avoir ressenti le même niveau de douleur a ton frère alors qu’il était accoté sur mon bassin… C’est comme si on essayait d’exploser ma colonne et mon bassin! Et je dois rester 20 minutes comme ça et sans trop bouger pour que M. aille de quoi sur son papier?!
    Je commence à demander l’épidural! C’est insoutenable et il est hors de question que je me sens comme broyer, durant des heures!! Je pleure, j’essaie de continuer à faire des vocalises pour me centrer, retrouver une bulle. Diane me fait chauffer un sac magique pour mettre dans le bas de mon dos, ça aide un peu. Papa et elle me font des points de pression sur la main, je veux toujours plus fort mais spécifie a papa de pas ne briser la main! 🙂
    M. Vérifie mon col: 4cm (j’étais à 1.5cm ce matin). Je n’aurai pas le droit à l’epidural avant d’être a 6cm puisqu’on veut éviter de ralentir le travail et qu’ils ne peuvent pas me donner d’ocitocine a cause de ma césarienne…
    M. me dit d’arrêter de vocaliser parce que ça empêche mon col de travailler!? Pourtant j’ai lu le contraire, ça aide a relaxer! Je fini par lui dire que ça me fait du bien! Mais elle m’obstine.
    Je fini par arrêter mais vite la douleur redevient au delà de ce qu’elle était… Évidement, pendant le monitoring, elle rempli son questionnaire (de merde):
    – date prévue d’accouchement: 29 février… Et voilà que papa doit lui expliquer que c’est la date donnée mais que y’a pas de 29! Alors elle a juste à mettre le 28 ou le 1er! Comment mêler une pauvre infirmière!
    – médicaments? Oui, su synthroid.
    – dose: (mais on s’en caliss! J’accouche!) 50 mcg la semaine, 100 la fin de demain… Encore perdue M. 50 mg ou 0.050mg (je travaille avec les animaux et du 50mg je sais que ça existe pas… Tu serais a -50 pour la thyroïde sinon!)… 0.05mg -_-‘ (le tout crié avec haine a la fin d’une contraction. Ou au début d’une?)
    – les lunettes, c’est pour voir de loin ou de proche: ton papa est totalement pris au dépourvu (criss… J’accouche… On s’en fou!) de loin coliss!!
    – d’autres question totalement inutiles que j’oublie

    Diane avait pris la peine de lui donner mon plan de naissance. M. n’a pas pris la peine de le lire. Elle la tassé et a continué sa litanie de questions.
    Elle me parle alors du soluté. Papa lui explique qu’on n’accepte que le cathéter. M. Me regarde et me dit qu’il me faut une prescription du médecin (n’importe quoi!). Je lui répond en criant et très fâchée « j’ai mon plan de naissance, lu et signé par mon médecin ».
    Papa me raconte plus tard quelle est allée voir ses collègue en disant qu' »elle a le droit, ELLE ».
    (Oui j’ai le droit! Je me suis arrangée pour pas qu’on me fasse chier durant MON accouchement et c’est déjà mal parti!)
    M. Demande a papa d’aller faire l’admission. Je crie NON! Je garde papa ET Diane avec moi. Pas question qu’ils arrêtent mes points de pression, ma vie en dépend!
    Je fini par demander, par l’intermédiaire de papa, combien de temps ça fait pour le montoring. Ça fait enfin 20 minutes. M. Dit quelle a pas grand choses mais que c’est correct (elle aurait dit l’inverse que je l’aurais probablement tuée sur place et elle devait s’en douter). Elle part! Je crie a papa et Diane d’enlever les foutus élastiques qui tient les deux monitors sur mon ventre!
    On finit par aller dans la chambre (la plus au fond… Maudit quelle est loin!) où Diane me donne le ballon et monte le lit. Elle installe des coussins. Je l’adore! Je suis hyper confortable (entre les contractions hein!). Papa bouge mon bassin et me fait des points sur le bassin durant les contractions. Diane s’occupe de mes mains. Je me lève du ballon durant les contractions et le liquide continue a couler entre mes jambes. Je gère assez bien les contractions même si elles sont au plus haut niveau douleur. Je pourrais presque les gérer, si ce n’était la nouvelle infirmière (X parce que je ne me souviens plus de son nom) qui cherche le cœur de bébé mais a de la difficulté vu que je bouge. Elle me déconcentre. Je veux l’épidural!
    Mon col est a 5cm. Elle deal avec moi: je vais 20 minutes dans le bain et elle appelle tout de suite l’anesthésiste pour que j’aille l’epidural en sortant du bain. J’hésite (je n’ose pas marcher… Mes contractions qui se chevauchent toujours, il me semble que je ne me rendrai pas au bain…) mais fini par accepter.
    Papa m’aide a me rendre et me déshabille. Jembarque dans l’eau chaude. Je me laisse flotter sur le dos et prend 1-2 contractions. Ça fait du bien 🙂 je ferme les yeux puis ça pousse! Je leur dit et X me dit de ne pas pousser, que je vais juste faire enfler mon col, que je ne suis qu’à 5cm. Mais ça pousse!! Je me met a me traiter de conne! Je suis conne, stupide! Je fais mon possible pour ne pas pousser mais c’est plus fort que moi et résister (j’essaie de ne pas pousser mais la douleur est insupportable!) me fait atrocement mal! Pire qu’une contraction!
    Je me met a crier tellement c’est intense! Je pleure et crie! J’essaie de résister et ça me fait mal!
    Les infirmières paniquent! Elles sont trois… J’imagine que mes hurlements les ont alertés! Elles me crient de sortir, papa se fait dire de les aider a me sortir.
    Mais essayer de sortir durant une contraction, impossible. Elles continuent a me le répéter et moi je fini par crier « je veux mais je peux pas! Vous allez attendre la fin de la contraction! ». Elles se calment… Un peu…
    Papa réussi a me ramener dans le lit. Je me couche sur le côté et crie toujours. Une infirmière finit par se décider à vérifier mon col même si je suis pas en position standard (non mais…!). Elle croit que je suis a 10cm, mais elle me veut sur le dos pour confirmer!
    Attend la fin de la contraction: la tête est déjà passée.
    Je me met a paniquer!
    J’ai peur. J’AI PEUR! Je pleure, j’ai peur! Les infirmières demandent a papa de quoi j’ai peur. Il ne sait pas. Il comprend pas. Diane me parle, me réconforte. Je suis sûre quelle n’a aucune idée de quoi j’ai peur. Je le sais pas non plus. Avec du recul, j’ai peur de l’inconnu. J’ai peur d’avoir un deuxième amour. J’ai peur de la réaction de mon coco de 2 ans. J’ai peur d’accoucher. Peur parce que ca va vite. TROP vite. Je n’ai pas eu de temps. Pas eu le temps de comprendre ce qui se passait. Parce qu’à mon premier, mon corps n’a pas réussi. J’ai peur de ne pas être a la hauteur. Peur du cercle de feu (je veux le bloc honteux et le crie haut et fort). Peur de la douleur.
    Diane me calme. Diane est la, papa est la!
    Je me met a pousser avec mon corps. J’entre en transe. Je n’ai plus mal! Ça fait tellement du bien d’enfin pousser alors que mon corps le réclame. Mais les infirmières me disent d’arrêter (vous êtes folles! Je n’ai plus mal!). Je n’arrête pas, je pousse un peu moins mais assez pour que la douleur cesse. Je met ma main entre mes jambes et après seulement 1-2 poussées, je sens ses cheveux. On me dit d’enlever ma main, que je ne peux pas le retenir (je veux pas le retenir mais le sentir! Ça me motive!!). Le médecin arrive et me gèle où elle peut (pas un bloc complet mais juste le périnée) et je continue a pousser. En 2-3 poussées, je sens que c’est étiré au maximum. Je ne sens pas (heureusement) que je déchire ( 2ème grade sur 4). En 2 autres poussées, mon coco est là! Tu es la 🙂 mercredi le 26 février a 1h29.

    Dre le pose sur mon ventre et moi je supplie Diane d’enlever ma jaquette. Chose faite 🙂
    Pendant que Papa coupe le cordon, je pleure. Je pleure de joie, de soulagement. Parce que tu pleures, là, entre mes bras. Tu pleures fort! Je ris et pleure. Je te parle. Bravo mon coco. Mon bébé saccageur. Tu es sorti en trombes! Tu as bien travaillé! Pleure mon amour. Si ça fait du bien, laisse sortir ta tension! 2h30, plus ou moins pour passer d’un milieu parfait jusqu’à ce nouveau monde! Tu as fait ça comme un pro! Comme mon bébé-saccageur…
    Je pleure parce que j’ai réussi. ON a réussi. Tous les quatre. Je souris a Diane et lui murmure cent fois merci. Et a papa aussi. Et on se colle. Je te fais plein de becs. Je te parle. J’en reviens pas. Je suis de nouveau en amour. 🙂 <3

    Répondre

Répondre à Caroline Martineau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *